Les « diablogues » des essais cliniques

3 avril 2020

Le zona guérit naturellement en 6 semaines. Tous les médicaments pris la première semaine sont inefficaces, tous ceux pris la sixième semaine sont efficaces. Pourquoi ?

Mon collègue a fait une poussée de sclérose en plaques après un vaccin contre l’hépatite B et sa cousine en a fait une après avoir mangé de la crème au chocolat. Pourquoi le gouvernement n’interdit-il pas le vaccin contre l’hépatite B et la crème au chocolat ?

Ceux qui prennent des antidépresseurs se sentent très mal quand ils cessent d’en prendre. Ceux qui boivent beaucoup de pastis se sentent aussi très mal quand ils arrêtent. C’est donc bien la preuve que ces deux médicaments sont efficaces.

Un maire a guéri du coronavirus après avoir pris de la chloroquine, un notaire a guéri après avoir pris de la fleur d’oranger et un prisonnier a guéri après avoir pris l’air. Il faut en informer au plus tôt la communauté scientifique.

Mon voisin me dit que le cancer est un fléau contre lequel il faut absolument faire quelque-chose. Je lui réponds que l’on fait absolument quelque chose depuis longtemps. Mais alors, pourquoi meurt-on toujours du cancer ?

Son grand-père est mort de la canicule en 2003 à 90 ans. Sa grand-mère est morte de la grippe en 2009 à 92 ans. Sans la canicule et sans la grippe, ils seraient toujours là.

Les somnifères de mon oncle ne lui font plus effet. Quand je lui demande pourquoi il continue à en prendre, il me dit qu’il a peur que ce soit pire s’il arrête. Pire comme avant qu’il en prenne.

Un cardiologue me dit que les maladies cardio-vasculaires sont une priorité de santé publique. Mon ami infectiologue le dit aussi pour les maladies infectieuses. Le gériatre et le pédiatre estiment qu’Alzheimer et autisme sont des urgences sociales. Un urgentiste donne l’alerte, car nous ne sommes pas prêts pour un nouveau Verdun. Les algologues ne cessent de répéter que la douleur est trop négligée. Pourquoi le gouvernement ne traite-t-il pas chacun de ces problèmes en priorité ?

La probabilité d’avoir une maladie d’Alzheimer après 75 ans est de 15%. Lorsque l’on prend de la poudre de rhinocéros à titre préventif à partir de l’âge de 50 ans, elle est efficace dans 85% des cas, et inefficace dans seulement 15% des cas.

Le Covid 19 guérit sans séquelles dans 95% des cas et tue dans 2% des cas. Lorsque l’on prend de la chloroquine dès les premiers symptômes, elle est efficace dans 95% des cas. Si on la prend trop tard, lorsque les symptômes sont graves, elle n’est efficace que 6 fois sur 10. Attention, c’est plus difficile.   

Pourquoi un jeune ténor des mathématiques se ridiculise en faisant de la politique ? Comment un vieux prix Nobel de médecine peut-il perdre la raison quand il parle de vaccination ? Qu’est-ce qui peut pousser un brillant et respectable chercheur à devenir pistachier ? Je ne le sais évidemment pas.

Je sais juste que statistique et foi sont inconciliables et que la pratique médicale est incompatible avec notre finitude.

Références

Parlons chiffres

29 mars 2020

Le langage est un élément majeur de communication dans notre espèce. Cependant, la communication non verbale reste plus efficace : ce n’est pas la vérité qui fait l’audience, ce n’est pas la sémantique qui engendre les guerres. Les attitudes du tribun, plus que ses mots, font les dictatures.

L’expression verbale recèle de nombreux leurres et manipulations au sommet desquels se trouvent les chiffres. Dire la même chose avec une valeur absolue est plus convaincant qu’avec un taux. Une létalité de 2% est moins convaincante qu’un nombre de 20 000 morts. Une incidence de 0,0005% est ridicule aux côté de 35 000 malades. Même en ne parlant qu’avec des taux, la même vérité peut modifier profondément l’impact : dire qu’une chance progresse de 30% est plus convaincant que de dire qu’elle passe de 1% à 1,3%.

Les courbes suscitent les mêmes fourberies. Les exponentielles dont le sommet est absent ou infini peuvent rendre compte d’un phénomène cosmique, mais jamais d’un phénomène vivant. La variabilité et les déséquilibres du vivant peuvent généralement être représentés par des fonctions logistiques ou gaussiennes. Ces deux courbes apprises à l’école suffisent à rendre compte de la plupart des domaines biomédicaux : morphologie, étiologie, sémiologie, pathologie, épidémiologie, bénéfices, facteurs de risques, etc. Certes, la partie gauche de ces courbes ressemble étrangement à celle des courbes exponentielles. Mais les confondre est une grossière erreur. Les exponentielles ont un relent d’apocalypse, les pics épidémiques ont de banales allures de cloches au sommet plus ou moins pointu, les endémies répondent à une modeste régression logistique. L’exponentielle n’existe pas en épidémiologie.

Enfin, la plus grande source d’erreur ou de malhonnêteté est de mélanger les carottes et les lapins. On ne peut pas additionner le nombre d’hospitalisations d’une contrée avec celui d’une autre si les critères d’hospitalisation sont dissemblables. On ne peut pas additionner des malades avec des tests positifs, on ne peut pas additionner des détresses respiratoires avec des assistances ventilatoires, on ne peut pas additionner des décès par sénescence ou immunodépression avec ceux résultant d’une pneumonie aiguë chez un adulte sain.

La médecine doit traiter avec la même éthique les sportifs et les tabagiques, les obèses morbides et les octogénaires polypathologiques, les athées et les obscurantistes, les profanes indécrottables et les chercheurs insolents, mais la mathématique ne peut pas les additionner.  L’éthique, la non-discrimination et la compassion font la grandeur de la médecine, la froide rigueur fait la grandeur des mathématiques.

Politiciens, soignants et informateurs se débattent entre les deux, usant de postures et d’impostures au gré de leur humeur et de leurs angoisses. Ne critiquons pas leur inaptitude à concilier médecine, biologie et mathématique, car cela semble définitivement impossible.

Références

Covid 19 : simples et moins simples vérités.

20 mars 2020

La vulgarisation médicale impose de vérifier ses sources et de définir ses mots pour éviter l’affect. Celle de l’astrophysique est plus facile, car nul n’est intimement concerné par la vie des étoiles. Une période de crise sanitaire est donc le pire moment pour apprendre, car des oreilles émues n’entendent plus. L’actualité brouille les messages.

Je voudrais cependant aborder le sujet passionnant du choix difficile entre confinement maximum et laxisme délibéré, cela sans émettre la moindre critique sur nos autorités dont les décisions reposent sur d’autres paramètres hors de mes compétences.

Le confinement étête le pic de l’épidémie, il diminue donc relativement la mortalité en l’étalant dans le temps, et surtout, il évite un engorgement des hôpitaux qui créerait d’autres problèmes sanitaires. C’est le meilleur choix à court terme dans les villes et les régions très peuplées, et lorsque la létalité est élevée (> 1% ?).

Le laxisme parie sur l’immunité de groupe. Plus un virus circule vite, plus le taux de personnes immunisées est élevé, tant chez les malades que chez ceux qui n’ont eu aucun symptôme. Le prix à payer pour ce choix de « vaccination naturelle » est une mortalité élevée en un temps bref. Ce choix est justifié si la létalité et la population sont faibles. C’est un bon choix à moyen et long terme, car un nouveau passage du virus trouvera une population apte à se défendre.

On pourrait alors un jour se reprocher le choix du confinement, car un nouveau passage de virus pourrait créer un nouveau pic épidémique. Rien n’est moins certain. En effet l’Histoire révèle que la virulence des virus diminue généralement au cours des épidémies. Ceci est conforme aux lois de l’évolution, puisque les souches les plus virulentes sont progressivement contre-sélectionnées par les défenses immunitaires de leurs hôtes. De plus, les populations qui ont subi le confinement seront indirectement protégées par les laxistes, puisque, grâce à elles, le virus circulera plus difficilement. C’est la même logique qui incite à la vaccination pour protéger les autres.

Le cas du Covid 19 impose d’autres remarques, ni provocatrices, ni à contre-courant, mais dans le seul but d’insuffler un peu d’optimisme dans l’angoisse et un soupçon de sérénité dans la panique. Juste des vérités de l’instant à énumérer. Dans notre pays, le nombre total de morts est inférieur à 200. Il n’y a pas de « transmission verticale » de la maladie, c’est-à-dire d’une femme enceinte à son embryon. Ni de contamination par le lait maternel. Les nourrissons et jeunes enfants sont épargnés. Enfin, 90% de la mortalité concerne des personnes polypathologiques et/ou âgées. Au risque d’être jugé politiquement incorrect : dans toutes les pathologies cardio-vasculaires, tumorales, neurodégénératives ou infectieuses, 90% de la mortalité concerne aussi ces personnes.

Nos progrès en virologie et en épidémiologie nous confirment que ce sont surtout les personnes âgées qui meurent.

Références bibliographiques

Évolution des épidémies

17 mars 2020

Lors d’une épidémie, les autorités n’ont pas d’autre choix que celui de la prudence, en ajustant progressivement les contraintes aux données des experts. Cela indépendamment de l’inflation médiatique et sans se préoccuper des conséquences économiques. Il n’y a donc rien à reprocher à notre ministère dans la crise actuelle.

Le risque de cet exercice imposé est de créer une inquiétude démesurée. Étrangement, le comportement général est assez serein. La France apparaît plus disciplinée et moins dépressive que ne l’est sa réputation sur ces deux traits. Serions-nous un peuple mûr, rompu aux folies et mensonges du web ? Aurions-nous tout compris des récupérations individuelles politiques et professionnelles inhérentes à ces crises ? Il semble que presque…

Pour aller dans le sens de plus de sérénité sans perdre celui de la réalité, parlons ici de l’aspect évolutionniste des épidémies, logiquement peu abordé en situation d’urgence.

La pression parasitaire désigne l’ensemble des nuisances provoquées par les microorganismes et leurs vecteurs (bactéries, virus, protozoaires, insectes et acariens). Cette pression est évidemment plus faible dans nos pays que dans les pays tropicaux, et nous avons développé divers moyens pour la maintenir au niveau le plus bas possible. Cependant, il y aura toujours de nouvelles souches de virus et de bactéries qui viendront troubler notre récente sérénité. Heureusement, car l’inverse signifierait la disparition de toute vie.

Ce qui a changé au cours des cinquante dernières années n’est pas le nombre ou la virulence des attaques, mais notre capacité clinique, épidémiologique et technologique à les détecter et à en préciser le germe. Il existe une sorte de hiérarchie de la détection. Lors d’une forte épidémie, il n’est pas besoin d’experts pour que le peuple constate l’augmentation de la mortalité. Au niveau inférieur, ce sont les cliniciens et les épidémiologistes qui font le constat. Puis au niveau le plus bas, seuls les microbiologistes peuvent détecter le risque.

Si les virologues n’avaient pas détecté ce coronavirus, les cliniciens auraient constaté une mauvaise grippe et les épidémiologistes n’auraient pas noté de variation de la mortalité par virose saisonnière. Mais les virologues ont eu raison de donner l’alerte, car une mutation chez un virus à transmission respiratoire (grippe, corona ou autre) n’est pas anodine a priori.

Les virus sont à la limite du vivant, car ils n’ont pas d’autonomie reproductive, ils doivent pour cela pénétrer une cellule et utiliser son matériel génétique. Malgré tout, ils répondent aux lois de l’évolution pour optimiser leur diffusion et leur reproduction. Tuer leur hôte n’est jamais un bon choix, car c’est l’équivalent d’un suicide. Inversement, une forte contagiosité est un choix qui leur assure une excellente diffusion, surtout si elle est respiratoire, bien plus efficace que la transmission sexuelle ou sanguine.

Cela peut expliquer que dans la plupart des épidémies, la virulence diminue régulièrement au profit de la contagiosité. D’autant plus si les populations possèdent déjà des anticorps pour des souches voisines et en développent de nouveaux pour la nouvelle souche. Lorsque les pics épidémiques sont passés, les virus continuent à circuler avec la plus grande discrétion possible. C’est leur intérêt.

Mais comme rien ne peut empêcher un virus à transmission respiratoire de faire le tour du monde, il est logique de tout faire pour confiner une épidémie à son début, en attendant que l’évolution ait le temps d’agir à son rythme plus lent. Mille morts en cinq ans sont préférables à mille morts en deux mois. CQFD.

Félicitons donc les autorités pour leurs précautions et les populations pour leur serein pressentiment de l’évolution. Tant que la science aura droit de cité, l’apocalypse virale devra attendre.

Références

Nature de la mort

12 mars 2020

Les épidémies d’autrefois simplifiaient l’épidémiologie de la mort, ceux qui en avaient réchappé accédaient au privilège de la mort de vieillesse. Puis, au fil des progrès diagnostiques et sociaux, la notion de mort naturelle a progressivement disparu pour être remplacée par les divers vocables de l’usure organique : crise d’urémie, apoplexie, arrêt cardiaque, phtisie, démence sénile, pneumonie, emphysème et autres termes sans équivoque ni rédemption.

Le certificat de décès est ensuite devenu un vecteur de science en imposant aux médecins de mentionner la cause primaire de la mort en plus de sa cause immédiate. Non seulement la mort naturelle avait disparu, mais aussi les diagnostics terminaux qui ne pouvaient désormais s’expliquer que par d’autres maladies plus insidieuses, plus anciennes et plus sophistiquées. La fibrillation auriculaire expliquait l’apoplexie, la bronchite chronique expliquait l’emphysème, les cancers et les bacilles expliquaient la phtisie.

Faute de pouvoir dominer la mort, la médecine en dissimulait l’inexorabilité. La trivialité de la cause ultime faisait place à la science de la cause primaire.

Les certificats de décès ont logiquement suivi les modes diagnostiques. Ainsi avec le succès diagnostique de la maladie d’Alzheimer, le taux de mort ultime par démence est passée de 5 à 25% en un quart de siècle. Le vernis de la maladie recouvrait l’infamie de la sénilité.

Les causes primaires ont à leur tour suivi les engouements métaboliques et moléculaires. Les lipides ont remplacé l’athérosclérose, les plaques amyloïdes ont remplacé la neurodégénérescence, les télomères ont remplacé le cours de la vie. Plus qu’un mode de mort, les maladies dites chroniques sont devenues un mode de vie. Arthrose, apnée du sommeil, LDL cholestérol, diabète ou dépression étant de nouvelles rubriques de l’identité.

Pour un biologiste, la mort a toujours été considérée comme le terme naturel de l’évolution des cellules, organes, individus et espèces. Pour un médecin, elle est devenue un accident induit par une pathologie chronique. Une conclusion en forme de syllogisme s’est alors imposée à tous : si la chronicité tue, il faut traiter la chronicité pour éradiquer la mort. Hélas, les médicaments des mille causes primaires ont induit à leur tour de nouvelles pathologies chroniques.  La pathologie iatrogène est devenue la troisième cause de mortalité dans les pays occidentaux.

Enfin, nous redécouvrons avec une feinte naïveté que la plus primaire des toutes les causes est la misère. Une enfance défavorisée double le risque de mort prématurée. Et si la misère se prolonge à l’âge adulte, le risque est multiplié par quatre. Épidémiologie basique.

Arrivés au stade actuel de nos connaissances, nous pouvons affirmer que la chronicité, les médicaments et la misère sont les trois options les plus valides pour documenter la case des causes primaires dans les certificats de décès.

Notre espace de progrès est désormais l’éradication de ces trois causes.  

Références

Épidémiologie économique

5 mars 2020

Il serait stupide de comparer la mortalité des épidémies d’hier avec celle des émergences d’aujourd’hui. Vouloir comparer la peste qui a tué 35% de la population d’Europe en 5 ans, au SIDA qui a tué une personne sur mille en quarante ans, serait ridicule. Le rapport numérique étant de 1 à 3000.

Les différences profondes sont ailleurs. Notre vigilance clinique permet de détecter rapidement une maladie émergente et notre technologie d’en connaître la nature. Nos mesures préventives et curatives semblent devoir nous protéger définitivement de toute velléité d’apocalypse virale. Enfin et surtout, l’information perturbe notre discernement, les citoyens n’avaient nul besoin de médias pour constater l’exacte réalité épidémiologique de la variole ou du choléra, alors que sans eux, nous ne saurions même pas que le SRAS ou Ebola ont un jour fait l’objet de terrifiantes projections.

Mais, il y a aussi des similitudes entre ces différents évènements de notre histoire infectieuse : elles sont d’ordre économique. La crise frumentaire qui a suivi la peste a amplifié sa gravité. Les paysans morts, plus de froment, les boulanger morts, plus de pain, les forgerons morts, plus de charrue, etc. Le désordre socio-économique engendré par les épidémies en aggravait encore la mortalité. Des facteurs économiques et commerciaux se retrouvent également en amont des épidémies. La peste a suivi la route des épices, la syphilis, la syphilis et le choléra ont suivi l’exode rural et l’urbanisation, les zoonoses suivent les déforestations et les viroses respiratoires suivent le trafic aérien. 

Lors de l’émergence du SRAS à Hong-Kong en 2003, c’est la première fois que j’ai noté l’évaluation d’une épidémie en termes de dollars autant qu’en termes de morts. L’épidémie a coûté 700 vies et 30 milliards de dollars. Nous pouvons évaluer aujourd’hui que l’épidémie africaine d’Ebola en 2014 qui a fait plus de 10 000 morts en a provoqué davantage par les effets indirects de la crise économique, la désorganisation hospitalière et l’insécurité alimentaire.

Le coronavirus actuel semble avoir une contagiosité élevée fort heureusement associée à une létalité inférieure à celle des deux précédents (MERS et SRAS). Il fera probablement le tour du monde avec l’inévitable inflation médiatique et les indispensables précautions sanitaires des autorités. On peut raisonnablement émettre l’hypothèse que les répercussions économiques, déjà considérables, peuvent générer plus de morbidité et de mortalité que le virus lui-même. Cette morbidité indirecte est d’autant plus dommageable qu’elle touche ceux qui sont en activité, donc les plus jeunes et les plus sains.

Faudra-t-il complètement repenser l’épidémiologie du futur, faire passer la morbidité psychologique, les addictions et les suicides liés au chômage avant la comptabilité des morts directement liées aux virus émergents ?

La morbidité d’Homo economicus est plus complexe que celle d’Homo sapiens.

Références

La pression parasitaire et les autres

27 février 2020

Parmi les pressions environnementales que subit un être vivant, la « pression parasitaire » désigne l’ensemble des contraintes et nuisances liées aux virus, bactéries et parasites, ainsi qu’aux vecteurs : insectes et acariens qui les transmettent.

Chacun peut aisément comprendre que la pression parasitaire que subit un être humain est beaucoup plus forte dans les pays tropicaux.  

Lorsque l’on se rapproche des pôles, le froid limite toutes les formes de vie et la pression climatique devient alors plus néfaste que la pression parasitaire.

Lorsque certains Homo sapiens ont quitté leur berceau africain, il y a 160 000 ans, ils n’ont pu le faire qu’après avoir totalement maîtrisé le feu.  Si les parasites limitent fortement l’espérance de vie, aucun humain ne peut survivre plus de 24 heures au froid. Le feu a dès lors été une technologie sans retour.

Les habitants des pays tempérés ont ainsi bénéficié d’une bien plus grande espérance de vie en conjuguant la faible pression parasitaire et la réduction de la pression climatique par le feu et les technologies de l’habitat.

Aujourd’hui, ce différentiel d’espérance de vie se maintient, mais les diverses pollutions chimiques et atmosphériques des pays tempérés constituent un nouveau type de pression environnementale. La technologie semble avoir déjà atteint son seuil de contre-productivité en matière sanitaire.

Trivialement, on pourrait penser que le retour à des pays tropicaux et/ou peu industrialisées permettrait d’échapper à la pression chimique. Ce serait trop simpliste, car il n’y a plus de choix entre pression parasitaire et pression chimique comme cela fut le cas lors des migrations de nos ancêtres.

La pollution atmosphérique et les nuisances chimiques débordent toutes les frontières et chevauchent toutes les latitudes. L’Occident déverse ses déchets en Afrique et en Asie, contribuant à y majorer la pression chimique. Inversement, le réchauffement climatique majore la pression parasitaire dans les pays occidentaux. La globalisation concerne aussi les pressions environnementales.

Ne soyons pas trop catastrophistes pour autant. La sélection naturelle favorise la reproduction de ceux qui résistent le mieux aux différentes pressions. Les peuples tropicaux ont affiné leurs défenses génétiques et immunitaires. Il ne fait aucun doute que la génétique des populations occidentales a déjà commencé à sélectionner des caractères de résistance aux diverses pressions chimiques.

La seule inconnue est le temps. Combien de générations faudra-t-il pour affiner nos nouvelles défenses ? Cela prendra-t-il 5000, 50 000 ou 160 000 ans ?

Tout porte à croire qu’il serait préférable que ce ne soit pas plus de 500, voire 100 ans. 

Références

Fantaisies de patchs

22 février 2020

Il reste difficile de faire comprendre que le patch à la nicotine ne sert pas à arrêter de fumer, mais à compenser les éventuels effets du sevrage après avoir volontairement cessé de fumer. Certains prescripteurs ne l’ont d’ailleurs pas compris eux-mêmes.

Cette méprise n’a pas empêché son succès commercial, davantage lié à sa forme galénique de patch qu’à son utilité, par ailleurs très faible.

L’efficacité fantasmatique de ces dispositifs transdermiques a largement dépassé celles des ampoules buvables. Les plus anciens se souviennent de ces ampoules aux deux bouts effilés que nos mères rayaient avec la petite scie jetable que nous gardions pour d’autres usages. Il fallait ensuite rompre les deux bouts au risque de se blesser. Le gout infect du fortifiant ainsi délivré était un gage supplémentaire de son efficacité.

En matière de médicament, la forme a souvent plus d’importance que le fond. Les gélules bicolores et comprimés effervescents ont eu de longues heures de gloire avant que leur charme ne s’étiole. Certains patients exigent des piqûres, prétextant que les comprimés ne sont pas adaptés à leur fort tempérament. Pour d’autres, ce sont les génériques qui n’ont pas d’efficacité sur eux, le mot lui-même est devenu méprisable.

La chirurgie n’échappe pas à cette suprématie de la forme. Il est impossible de faire comprendre qu’une intervention au laser ou avec un robot, est peut-être superflue, car ces technologies ont un vernis qui dissimule toutes les vacuités. Saluons tout de même leur progrès qui permet parfois d’éviter l’anesthésie générale, laquelle a longtemps été un gage de sérieux.

Mais le patch trône au sommet d’un nouvel imaginaire : puissance médicale alliée à l’innocence cosmétique, intimité du progrès sans son extravagance.

Applaudissons la pharmacologie qui garde son efficacité sous formes de patchs, comme dans le cas de la contraception, de l’angor, ou des douleurs terminales. Désapprouvons celle qui se « patchifie » pour faire diversion de son inutilité comme dans le cas de l’Alzheimer. Regrettons que les patchs aient contribué à vulgariser les opiacés et à accroître le nombre d’addictions.

Les huiles essentielles, qui avaient déjà l’élégance de l’utilisation cutanée, ont désormais rejoint le cercle restreint des patchs.

Pour terminer, je vous livre un trésor de mon anthologie de messages publicitaires : « Notre patch est révolutionnaire et incontournable pour se protéger des ondes électromagnétiques. Les risques de la téléphonie mobile divisent les experts. Notre patch apporte enfin une solution simple et efficace. Il se présente sous la forme d’un circuit souple en argent, au design High Tech, à coller à l’arrière du smartphone. La santé d’abord. »

Il fallait y penser : la solution n’est plus de coller le patch sur le patient, mais sur la nuisance. Que les fabricants de cigarettes y songent, cela éviterait les erreurs de prescription du patch à la nicotine.

Références

Fertilité de la détresse

16 février 2020

La médecine a débuté par la philosophie des énergies et humeurs corporelles : le yin et le yang en Chine, les trois énergies de l’ayurveda ou les 4 humeurs d’Hippocrate. Puis l’anatomie et la physiologie ont permis les progrès que l’on sait. Cependant, les troubles fonctionnels, psychiques et existentiels sont restés en friche, probablement car aucune science ne pourra jamais les défricher. Cette lacune, mal assumée par les médecins et mal acceptée par les patients a stimulé les imaginations pour le meilleur et pour le pire.

Toutes les psychothérapies et leurs dérivés : hypnose, sophrologie, art-thérapies, yoga, méditation, tai-chi-chuan, zoothérapies, tantrisme, training autogène, voire gélothérapie méritent leur place dans les soins académiques en raison de leur efficacité souvent supérieure aux médicaments.

Gymnastiques et massages sont toujours bénéfiques, malgré l’exotisme qui souvent les entoure et les nomme : tao-yin et qi gong, Shiatsu, fasciathérapie, kinésiologie, lomi-lomi, seitai, etc. Seuls, le rolfing qui prétend masser le tissu conjonctif profond et la microkinésithérapie qui, à l’instar de la psychanalyse, prétend effacer sur notre organisme les traces des évènements traumatiques, peuvent agacer le clinicien.
L’acupuncture, l’homéopathie, la phytothérapie, l’ostéopathie, le thermalisme et l’aromathérapie méritent le respect qui convient à leur persévérance, à leur volonté d’empathie et à leur charisme clinique. La chiropraxie pourrait mériter ce respect si elle évitait les très dangereuses manipulations cervicales.

Si l’imagination sans limite des pharmaciens nous irrite parfois, elle est largement dépassée par des pratiques alternatives telles que la chromothérapie, le crudivorisme, l’apithérapie, la lithothérapie ou l’oligothérapie. Surpassées à leur tour par l’ozonothérapie ou la spagyrie issue de l’alchimie. Le record étant détenu par l’amaroli qui encourage à boire ses urines.

Ces fantaisies commerciales deviennent ubuesques quand elles s’accompagnent de théories diagnostiques comme l’auriculothérapie ou l’iridologie, ou qu’elles ressuscitent les vieilles énergies, tel le feng shui qui prétend les harmoniser, le biomagnétisme qui élimine les énergies usées et encombrantes, l’analyse bioénergétique qui les recense avec précision, la géobiologie qui sait d’où elles proviennent et par où elles entrent en vous, et enfin, le reiki qui transmet l’énergie curative : véritable ‘force’ du Jedi

La palme revient aux thaumaturges et magnétiseurs qui imposent les mains sans toucher le mal, contrairement au roi qui prenait la peine d’effleurer les écrouelles. Avec une mention spéciale pour la chirurgie psychique qui opère à mains nues sans laisser de traces.

Enfin, j’ose à peine mentionner la médecine quantique et le thetahealing, car mes compétences en physique quantique sont insuffisantes.

La détresse est assurément le plus fertile terreau de l’imagination.

Références

Santé conjugale et sexuelle

12 février 2020

S’intéresser aux liens entre conjugalité, sexualité et santé serait suspect de moralisme si l’épidémiologie ne nous révélait pas des vérités plus subtiles que celle d’affirmer que les maladies vénériennes n’arrivent qu’aux infidèles.

Par exemple, le taux d’adrénaline est plus élevé chez les célibataires, et leur risque de coronaropathie par stress mental est deux fois plus important. Ou encore, la survie d’un infarctus après 75 ans est meilleure si l’on vit en couple.

Pour l’hypertension artérielle, le statut matrimonial ne suffit pas, il faut aussi une bonne relation : les chiffres tensionnels sont d’autant plus élevés que la relation conjugale est jugée médiocre, particulièrement chez les femmes.

Le mariage d’amour, qui a succédé au mariage de convenance, a permis d’enrichir la sexualité du couple et, en corollaire, sa qualité de vie et sa santé, comme le confirment plusieurs indicateurs sanitaires.

Il en est du sexe comme du sport, une activité régulière diminue les risques. Mais ce cercle vertueux s’inverse après 60 ans, car le risque cardio-vasculaire augmente avec le nombre d’orgasmes masculins. Le ‘coup de foudre’ est déconseillé chez les séniors, et plus encore la testostérone et autres stimulants dont la toxicité multiplie le risque. Le Viagra® rend les passions mortelles ! Inversement, les orgasmes féminins à un âge avancé ont moins de répercussions négatives sur la tension artérielle, ils semblent diminuer le niveau de stress et améliorer globalement la santé.

La mort subite au cours d’une relation sexuelle est rare. Notons que les rapports extraconjugaux sont plus meurtriers puisqu’ils représentent 90% de cette mortalité. L’infarctus est plus souvent en cause chez les hommes et l’hémorragie méningée chez les femmes. Dans les deux cas, l’infidèle évite les explications fallacieuses !

Mais remplacer l’adultère par la pornographie dégrade les capacités cognitives : le temps passé sur les sites dédiés diminue la quantité de matière grise du noyau caudé et sa connectivité au cortex préfrontal.  Encore fallait-il le prouver !

Comme on pouvait s’en douter, la restriction calorique améliore non seulement l’espérance de vie, mais aussi la fonction sexuelle.

Les antidépresseurs dont on connaît déjà l’inefficacité et les dangers ont un impact négatif sur l’amour et l’attachement au partenaire, particulièrement chez les couples récemment formés. Avant de vous engager avec un dépressif, assurez-vous qu’il n’en consomme pas.

Si alcool, Viagra® et psychotropes peuvent faciliter les premières expériences, ils altèrent à la fois la durée et la qualité de la vie sexuelle. Ils ne s’inscrivent donc pas dans l’humour des plaisirs qui raccourcissent la vie mais dont l’absence la fait paraître plus longue.

Enfin, le sexe est un puissant support mercatique, l’industrie pharmaceutique est allée jusqu’à considérer la dysfonction érectile des séniors comme un signe de maladie cardio-vasculaire à traiter impérativement. Il fallait oser !

Références bibliographiques