Dites-nous à quoi sert vraiment un médecin ?

De plus en plus sollicité par divers acteurs, pressé par ses actes tarifés à l’unité, le médecin a fini par perdre de vue sa propre fonction. Face aux dérives du système sanitaire et du marché de la santé, son rôle devient flou. Sa priorité est-elle de faire des diagnostics, de pratiquer des soins, de produire de la médecine ou de relayer le marketing de Big Pharma ?

Puisant dans sa pratique variée, Luc Perino nous entraîne dans ses interrogations sur l’évolution de son métier. Comment faire profiter le patient des progrès de la médecine tout en le protégeant de ses excès ? Comment arbitrer entre des options et des intérêts souvent contradictoires ? Sciences biomédicales, soin individuel et politiques de santé ne jouent pas la même partition.

D’une plume alerte, voire provocatrice, Luc Perino nous rappelle que la santé n’échappe pas à la logique consumériste. Il nous guide avec humour ou gravité dans les dédales du « paradoxe sanitaire » de l’Occident. Petit à petit, il esquisse le portrait du médecin dans une société guérie de sa névrose sanitaire…

12 commentaires sur “Dites-nous à quoi sert vraiment un médecin ?”

  1. ibanez jean-louis dit :

    mardi soir 15/11/2011 sur Arte : excellentes interventions de votre confrère allemand et de vous-même : l’empathie ne s’apprend pas ni ne s’enseigne en 10 ans d’études : on l’a ou pas; votre couplet sur le formatage au cours des études va dans le sens de ce que je critique; j’aurais bien évidemment mis en cause la sélection car chacun va vers ses goûts préalables et l’on ne peut voir l’humain à travers la technique que si l’on a déjà les yeux ouverts sur cet aspect de notre science humaine, la médecine: bien confraternellement

  2. ibanez jean-louis dit :

    comment se procurer votre livre ?

  3. Stehlin Frederique dit :

    Excellent doc sur Arte le 15/11 ; je partage totalement votre point de vue sur le consumérisme de soins ; dans notre société de surconsommation , le patient consomme du soin comme tout autre bien de consommation courante , sans aucune limite … face à un médecin qui n’a d’autre choix que d’effectuer un minimum d’actes journaliers s’il veut gagner décemment sa vie … Heureuse et chagrinée à la fois de voir que le système allemand marche encore plus sur la tête que le nôtre !! Pénaliser financièrement un médecin qui fait trop d’actes alors qu’il exerce dans un quartier déserté par les médecins !!
    Concernant la féminisation de la profession , j’aimerais tout de même signaler que la plupart des femmes médecins n’ont d’autre choix que de faire un peu moins d’heurs que leurs confrères masculins , car une 2è journée les attend à la maison auprès des enfants et je ne connais pas encore beaucoup de maris qui assument les taches domestiques de façon à décharger totalement leurs compagnes…
    Une consoeur généraliste encore motivée et heureuse de son choix professionnel …mais pour combien de temps ??

  4. admin dit :

    Vous avez raison, auparavant les médecins pouvaient faire beaucoup d’heures, car tout était prêt lorsqu’ils rentraient à la maison. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, ni pour les femmes, ni pour les hommes ! Donc le nombre d’heures a diminué alors que la charge de travail a augmenté. Dans un tel système l’acte court est devenu la règle et le paiement à l’acte une absurdité qui va engloutir notre système de protection sociale.

  5. Fraisse dit :

    Bonjour, j’ai découvert votre site très intéressant
    Lorsque j’étais jeune, j’allais voir un médecin pour un mal de gorge, grippe , mal au ventre (colique)… pour un mal léger ,il me demandait de me déshabiller tout ,puis il me dit tout nu,
    j’en avais vu un autre ,c’était pareil, tout nu à la consultation, les docteurs prennaient beaucoup de temps par le passée,ils m’auscultaient nus comme un ver terre , mais maintenant les docteurs ont besoin de la rentabilité,
    J’avais vu un dermatologue qui m’a prié de me mettre tout nu pour ça je suis d’accord

  6. jean claude dit :

    ils ne servent plus à rien, aucune proximité, aucune relation avec les malades, ils ne bougent pas de leur bureau et non plus aucun suivi avec leur clients. dernière visite chez un généraliste : diagnostic rhume, ordonnance : vitamine C, Derinox et paracétamol. je lui dis que cela m’arrive tous les ans à cette période et que cela évolue, mal de gorge, fièvre. je suis allé chez le toubib vendredi après-midi, depuis je n’ai pu dormir que 3 heures à cause des quintes de toux. j’ai 38 de fièvre. bien sur le toubib est en w.e, en plus pour ce qu’il m’a prescrit il n’y avait pas besoin d’ordonnance. moi je dis que ce sont des escrocs, aujourd’hui nous sommes du bétail et des carnets de chèques pour ces gens. et la sécu, grande complice. plus facile de ne plus rembourser certains médicaments pour faire des économies, plutôt que d’attraper les fraudeurs. c’est trop dur pour ses branleurs de fonctionnaires, qui ne sont responsable de rien, même ses abrutis de chef de centre n’ont aucun objectif, s’ils font une connerie et bien on leur file une promotion pour pouvoir les déplacer. bref, gens de merde dans un système de merde. ce post c’est juste pour faire remarquer que nous sommes au courant de leur magouille et laxisme

  7. Dr JEAN Daniel dit :

    Un médecin français, ça vaut rien ! Oui, le respect s’évalue aussi par le prix que l’on paye. Je me suis fais moquer de moi par des américains à mon cabinet. 23€ ! Chez eux ce peut être 300 $ ….. les Allemands 74€, les Espagnols 90, les Irlandais 45… Que dire d’autre, sinon qu’on se moque de nous là-haut et qu’on essaye de nous distraire du vrai problème des médecins avec des fariboles pendant que les fonctionnaires passent du bon temps dans leurs bureaux moquettés à dépenser l’argent réservé aux malades…. et oui, ces salopards coûtent plus cher que tous les médecins libéraux rassemblés: 11M€ contre 16 à nos « gestionnaires » (chiffre de la SS elle-même). Ce beau pays, je n’ai qu’une envie: le quitter.

  8. arno dit :

    Il est normal d’être examiné entièrement, car comment détecter autrement les problèmes de santé. Notre société est trop pudique.

  9. JE N’ AI PLUS CONFIANCE EN LA MEDECINE. J’ AI FAIT UN AVC NON RECONNU URGENCES HOPITAL FLEYRIAT 01. J’ AURAI PU SOIT ETRE UN LEGUME, SOIT ME RETROUVER DANS UN FAUTEUL ROULANT. MEDECINE A DOUBLE VITESSE QUI N ‘APPORTE AUCUN RESPECT ENVERS LES MALADES. NOUS SOMMES CONSIDERES COMME DU BETAIL EN 2016 ?????

  10. Daniele ROSSI KLANJEK dit :

    ..voilà bien une question que je me pose quand je sors de chez lui tous les 3 mois pour un renouvellement d’ordonnance pour du Cokenzen que je m’oblige à prendre, non pas par conviction de sa nécessité mais par trouille !!!! Inutile de vous dire que je rage de ne pas trouver quelqu’un à qui je puisse en parler mes tentatives avec lui ont échoué…. serait-il « acheté  » ??

  11. Glond Marcel dit :

    Bonjour

    Sur une echelle de 40 ans
    9O% des docteurs ne valent rien, il sont reconnu comme les Enarques
    comme nuisible et représente la décadence principalement en France
    ou ils dorment majoritairement dans les hopitaux
    Une infirmière maitrise souvent lieux la profession
    L’interprétation et les diagnostic sont en totalité fait par des automates comme les opérations de nos jours
    Si les médicaments étaient acheté librement, il ne servent strictement à rien
    et il ne sont pas crédible surtout en France
    C’est une mafian qui a seulement des titres et l’exploitation des systèmes
    A supprimer cet ordre qui a bien changé et en conserver 20 %

    Certifié exact

  12. BUYCK Daniel dit :

    Outré par les messages précédents !! Combien de vrai malades parmi les auteurs de ces messages ? Je suis généraliste et médecin du travail, 61 ans, je vais travailler encore 5 ans et puis basta. Vous irez vous faire soigner dans les maisons de santé, par des médecins roumains ou espagnols, et en consommant leurs soins vous jugerez s’ils sont « mieux ». Bien à vous.

Laisser une réponse