Automobile inhibitrice

14 août 2019

Après des millénaires d’individualisation et d’empirisme, le soin médical est devenu populationnel dans les années 1960 avec la domination de la médecine dite « basée sur les preuves » – ces preuves étant exclusivement statistiques.

Nos cerveaux avaient été façonnés pendant des milliers d’année pour évaluer le soin à court-terme sur des critères individuels, c’est ce que l’on nomme l’effet clinique.

Lorsqu’une évolution est trop rapide, les processus d’adaptation cognitive ne suivent pas. Dans le cas du soin, nos perceptions de santé individuelle et de santé publique ne sont toujours pas connectées. Aucun circuit neuronal n’a été esquissé pour de telles connexions.

Le patient qui prend un médicament dont le bénéfice statistique est nul ou négligeable est convaincu que son bénéfice individuel sera très important. L’accoucheur qui pratique une épisiotomie pour éviter un délabrement périnéal ignore que cette intervention n’a jamais modifié la fréquence de cet accident. Chaque fumeur est convaincu qu’il échappera aux cancers et infarctus, mais il se précipite sur les angioplasties coronaires qui ne modifieront que fort peu sa durée de vie.

Depuis la saignée jusqu’aux immunothérapies des cancers, les exemples abondent où les convictions et espérances individuelles, tant des médecins que des patients, sont totalement déconnectés des réalités sanitaires.

L’automobile offre plusieurs exemples de cette déconnexion, pire, elle semble devoir inhiber pour longtemps toute nouvelle connexion.

Osons un premier exemple trivial. Un pèlerin qui se rend à Lourdes en voiture dans l’espoir d’une guérison miraculeuse dont la chance de survenue est de 1/10 000 000, ignore que son risque d’accident mortel sur la route du pèlerinage est de 1/10 000. Le risque est mille fois plus élevé que le bénéfice escompté.

Dans notre pays, la méningite C tue cinq enfants par an, alors que les accidents de la route en tuent plus de cent. Mais une obligation vaccinale anti-méningocoque est plus acceptable que de nouvelles consignes de sécurité routière.

La pollution atmosphérique automobile est aujourd’hui responsable de plus de morts que toutes les maladies infectieuses réunies. Cependant, nul ne perçoit l’intérêt individuel qu’il y aurait à changer de voiture ou à respecter les limitations de vitesse en cas de pic de pollution. La voiture inhibe tous les processus d’association entre santé publique et individuelle.

Elle est en outre le plus gros frein à l’exercice physique quotidien, lequel est le meilleur pourvoyeur de quantité-qualité de vie. Même les cyclistes et piétons qui respirent pourtant plus d’air pollué que les automobilistes ont un bénéfice sanitaire supérieur lié à l’exercice pratiqué.

Le ministère de la santé peut s’affranchir de tous les autres thèmes, tant qu’il n’a pas abordé farouchement celui de l’automobile.

Références

Le sport nuit à la médecine

5 août 2019

On ne cesse de répéter que la France souffre d’un manque de médecins. Plusieurs solutions sont envisagées pour remédier à ce problème présenté comme un danger pour la santé publique.

Parmi ces solutions, on ne mentionne étonnamment jamais celle qui aurait probablement l’effet le plus bénéfique sur les déserts médicaux : restreindre l’activité du médecin à la seule médecine.

Si les médecins étaient débarrassés de tous les actes qui ne nécessitent aucune expertise clinique, leurs agendas s’en trouveraient allégés de façon radicale.

Certains actes tels que la vaccination ou la prise de tension résultent de vieux rituels qu’il paraît sacrilège de modifier. D’autres sont imposés par des laboratoires qui ont piégé les patients dans des maladies sans symptômes dont la seule réalité est de devoir renouveler des ordonnances à vie (ostéoporose, hyperglycémie, hypercholestérolémie). D’autres sont imposés par des assureurs tellement hantés par leurs bénéfices qu’ils en ont perdu la notion du risque médical.

C’est parmi les actes imposés par les assureurs que l’on trouve les plus cocasses. Les certificats d’aptitude à la gymnastique au volley-ball ou au kung-fu sont simplement inutiles, d’autres sont  pittoresques comme l’aptitude à la vie en crèche, au yoga ou à la pétanque.

Les plus syndicalistes des médecins, possiblement outrés par mes propos, diront que pour renouveler un vaccin ou un médicament, il faut une expertise que le pharmacien ne peut pas posséder. Ils diront que le sport  expose à des arrêts cardiaques, y compris le ping-pong.

Pourtant, incontestablement, les données les plus sérieuses viennent confirmer la dérision de ces certificats médicaux. La mort subite par arrêt cardiaque dans le sport intensif est de 8 pour un million (0,0008 %), cette mortalité est stable et se révèle indépendante du nombre de certificats médicaux d’aptitude.

Encore une fois, la prévention est la grande absente de ces allers-retours administratifs entre de fausses expertises médicales et de lucratifs principes de précaution. Il suffirait de rappeler à tous que le sport augmente considérablement la durée de vie quand il est raisonnable et qu’il la ramène à un niveau égal ou inférieur à celui des sédentaires quand il est excessif.

Alors que le plus grand danger du sport est le dopage, ce risque est toujours dissimulé au médecin.

Autant de faits qui ajoutent à la dérision des certificats d’aptitude. Enfin, comble de dérision, le sport généralisé, sans dopage et sans excès, résoudrait encore plus efficacement le problème des déserts médicaux, puisqu’il n’y aurait presque plus besoin de médecins.

Bibliographie

Les fabricants de pauvres

30 juillet 2019

Alors que la misère tend à reculer dans le monde, les pauvres sont en nombre croissant dans les pays développés. La création de richesse dans les pays émergents fait apparaître une classe moyenne, pendant que l’accumulation de richesse dans les pays riches augmente les inégalités sociales. Cette tendance est lourde et l’on peine à comprendre ce paradoxe de l’aggravation de la misère dans les pays riches, même dans ceux où les aides sociales sont importantes. Cela signifie que les facteurs contribuant à la fabrication des pauvres sont d’une grande complexité.

Vus sous l’angle médical, certains cercles vicieux socio-sanitaires des pays riches se dégagent pourtant assez facilement. Par exemple, la publicité et l’abondance de boissons sucrées favorisent l’obésité qui est la première cause de prématurité, laquelle est à son tour une source importante de handicaps sensoriels et cognitifs, lesquels gêneront l’ascension sociale et l’éducation, ce manque d’éducation majorant à son tour l’efficacité des pressions publicitaires. Sur ce modèle emblématique, nous pouvons établir à loisir de multiples cercles vicieux : alcool → violence conjugales → traumatismes de l’enfance → séquelles psychiques → inadaptations professionnelles → alcool.   Ou encore : télé-réalité → laminage cognitif → pression publicitaire → endettement → dépression → alcool ou dépendance pharmaceutique.

Ou, en partant de beaucoup plus haut : impératifs boursiers → pression des actionnaires → harcèlement au travail → burn-out → chômage → télé-réalité, facebook ou autres addictions → laminage cognitif → etc.

On trouve aussi de fortes corrélations entre misère, parentalité précoce, monoparentalité et problèmes psychosociaux. Quelles que soient les capacités individuelles de résilience, ces réalités statistiques sont incontournables.

La croissance profite assurément à l’éducation et à la diminution de la pauvreté dans les pays émergents. Puis à long-terme, lorsque la croissance n’est plus une nécessité mais une servitude, elle devient un nouveau facteur d’inégalité socio-sanitaire.

À ce jour, aucune politique, dans aucun pays, n’a proposé de modèle alternatif à la croissance. Il en résulte que les principaux secteurs pourvoyeurs de croissance et d’emplois sont devenus la santé et l’humanitaire. Mais ils coûtent si chers pour de si maigres résultats que le modèle d’un renouveau de croissance par fabrication de pauvres n’est pas tenable à court-terme. Même si, sur le modèle du pollueur-payeur, on taxait très fortement les entreprises qui fabriquent des pauvres.

Références

Expertise de l’échec

25 juillet 2019

Un historien téméraire qui voudrait résumer l’histoire de la science médicale en un seul tableau ferait deux colonnes : celle des victoires à gauche (arbitrairement) et celle des échecs à droite (avec le même arbitraire). (On peut intervertir les colonnes pour ceux qui ont une susceptibilité politique paranoïaque).

Ce compendium ne concernerait évidemment que la santé publique, car si les cas individuels sont une inépuisable source de romans médicaux, ils ont peu d’intérêt pour l’histoire de l’épidémiologie.

Les critères du choix ne devraient pas être mièvres ou ambigus, sinon, cette audacieuse dichotomie perdrait de sa pertinence. Il faudrait s’en tenir à un seul critère, brutal, grossier, incontestable : celui de la persistance ou de la disparition de la maladie dans le paysage. On mettrait en vrac dans la colonne de gauche les maladies qui ont disparu ou dont on ne meurt plus : peste, pied-bot, placenta prævia, scorbut, crétinisme hypothyroïdien, rhumatisme articulaire aigu, ergotisme, choléra, rachitisme, etc. Et dans le vrac de droite, celles qui tuent ou qui sont toujours là : cancers du sein, du pancréas ou du poumon, AVC et autres infarctus, addictions, Alzheimer, autisme, schizophrénie, sciatique, dépression, herpès récurrent, obésité, migraine, etc.

Notre historien en conclurait que la médecine s’est révélée incompétente pour toutes les pathologies de la colonne de droite. Voilà qui ne ferait certainement pas plaisir aux experts en charge de ces pathologies, d’autant moins qu’ils ont pris l’habitude d’être « starifiés » par les médias, par les centres de recherche et leurs pourvoyeurs de fonds.

Certes, ces « stars » ont raison de persévérer dans ces domaines où l’on reste ignorant. Le moindre petit frémissement de progrès dans ces monceaux d’incompétence est perçu comme un exploit sans précédent. Néanmoins, sans trop blâmer cette persévérance et cet optimisme, il faut lucidement constater que le domaine médical a ceci de particulier qu’il est le seul où l’échec permanent constitue un label de sérieux et d’expertise. Mieux encore, ces échecs irréductibles sont ceux où le marché prospère de façon éhontée, où les prix sont les plus indécents, où les ministères affichent les programmes les plus irréalistes et où les patients sont les plus captifs.

On peut aller jusqu’à mettre en équations les rapports entre l’intensité de l’échec et le nombre de plans ministériels, de propositions thérapeutiques, le montant des budgets et le temps médiatique. Bref, moins la science est productrice, plus elle sert de vitrine et de prétexte. Les échecs de la médecine sont le terreau de la collusion entre le marché dérégulé et les autorités régulatrices.

Notre historien téméraire, perplexe devant son tableau à deux colonnes, proposerait sans doute de réguler les régulateurs et de secouer les observateurs pour tenter de redonner un sens à l’histoire des sciences biomédicales. Mais un historien ne fait pas l’Histoire, il la constate et tente de la démystifier.

https://lucperino.com/639/expertise-de-l-echec.html

Aubaines et tourments de la surmédicalisation

8 juillet 2019

La position des médecins par rapport au problème de la surmédicalisation est ambiguë puisqu’ils en sont à la fois les acteurs, les bénéficiaires, et parfois, paradoxalement, les victimes.

Chercheurs, hospitaliers ou libéraux, ils sont des complices, actifs ou naïfs, de la stratégie d’extension du marché sanitaire, car elle leur est globalement profitable. Upton Sinclair a bien résumé ce fait propre à toutes les professions : « Il est difficile de faire comprendre quelque chose à quelqu’un quand son salaire dépend précisément du fait qu’il ne la comprenne pas. »

La surmédicalisation est un fabuleux contrat de nonchalance pour le médecin : actes de routine sur des patients en bonne santé, simples contrôles de pathologies dites « chroniques », actions ponctuelles dans des réseaux de soins, interventions faciles dans le cadre de dépistages organisés. Bref, des actes de plus en plus courts et simples avec un investissement intellectuel et physique de moins en moins important, tout cela au même tarif. N’est-ce pas la finalité de tout commerce ?

Pourtant, nous voyons de plus en plus de médecins, particulièrement des généralistes, s’intéresser au problème de la surmédicalisation de la société. Ces praticiens souffrent de ce que le que médecin et philosophe Alain Froment nommait une « tension axiologique ». L’axiologie est l’étude des valeurs morales et éthiques.

Diminuer la morbidité est une valeur positive pour le médecin, l’augmenter est une valeur négative. La surmédicalisation, en créant de la morbidité vécue chez des citoyens qui n’avaient aucune plainte, transforme le médecin en un créateur de morbidité. Cette contradiction est la cause essentielle du malaise.

Le généraliste est le premier à constater, sur le terrain, les dégâts psychologiques du surdiagnostic des dépistages organisés ou les effets secondaires des médicaments prescrits abusivement suite aux manipulations grossières des normes biologiques.  Ce spécialiste des soins primaires est aussi aux premières loges pour évaluer les conséquences sanitaires des inégalités sociales ; or cette surmédicalisation devient en elle-même un facteur de sous-médicalisation des plus défavorisés.

Tirer un bénéfice financier de cette dérive sociale est une nouvelle cause de mal être. Et si le médecin tente de sortir de cette trajectoire toute tracée, il risque de déséquilibrer dangereusement son système de valeurs, de brusquer ses patients, de contrarier certains confrères. Il prend finalement le risque d’une marginalisation.

Cette marginalisation, habilement orchestrée par le marché, devient alors un nouveau fardeau pour de nombreux confrères.

Pour un médecin, dénoncer les dérives de la surmédicalisation, c’est se tirer une balle dans le pied. Ne pas les dénoncer est parfois insupportable au point de loger cette balle dans la tête. Le suicide est une cause importante de mortalité des médecins en activité.

Références

Dépistage de la normalité

19 juin 2019

En 2014, résumant les dernières années de recherche, George Johnson osait affirmer « Le cancer n’est pas une maladie, c’est un phénomène ».  

Depuis une décennie, la biologie nous confirme que le cancer est l’évolution normale de toutes les lignées cellulaires. Chacune y aboutissant plus ou moins tôt en fonction de son rythme prédéterminé de renouvellement tissulaire (les muqueuses intestinales ou bronchiques plus rapidement que les os ou les neurones)

Dans le même temps les progrès des technologies biomédicales ont permis de détecter les cellules tumorales dans l’organisme. Les micropuces à ADN avaient inauguré le dépistage de l’ADN tumoral dans les années 1990. Désormais, les ADN, ARN, voire protéines ou exosomes tumoraux sont détectables par la dénommée « biopsie liquide », c’est-à-dire une simple prise de sang. Des biopsies de peau chez de jeunes personnes saines révèlent systématiquement des mutations précancéreuses.

Ces nouvelles technologies rendent caduque le vieux débat sur le dépistage systématique, puisqu’à court terme, elles aboutiront à un diagnostic de cancer chez tous les adultes. Les meilleurs experts non normatifs de la cancérologie commencent à déclarer sans détour que les dépistages systématiques sont inutiles, et certains pays commencent à les supprimer des programmes sanitaires. Décision d’autant plus sage que, toujours dans le même temps, les progrès de la chirurgie, de la radiothérapie, et de rares chimiothérapies ont permis d’améliorer la survie des cancers cliniques.

En dehors de la prévention, les maigres résultats épidémiologiques de la cancérologie depuis un demi-siècle ne résultent pas du dépistage mais du meilleur traitement des cancers cliniquement déclarés. 

La bonne question n’est donc pas, pourquoi nous développons des cancers, mais pourquoi nous en avons si peu qui parviennent au stade clinique ? Les mammifères dont nous faisons partie ont mis en place de solides mécanismes de défense pour retarder cet inexorable phénomène.

Enfin, si l’humour peut améliorer notre appréhension de la cancérologie, ne nous en privons pas. Les statistiques montrent que les patients atteints de maladies psychiatriques ou d’Alzheimer ont beaucoup moins de cancers que les autres. Non, il ne s’agit pas d’une chance compensatrice, mais simplement du fait qu’ils font moins de dépistage systématique. La mort par cancer finit par les rattraper, aux mêmes âges que les autres.

Les patients ne sont pas encore prêts à ces réflexions contre-intuitives. Les médecins non plus, y compris la grande majorité des cancérologues. Il en est ainsi dans les domaines où une orchestration dramaturgique formate la pensée. Mais, n’en doutons pas, un jour relativement proche viendra où lorsqu’un sénior en bonne santé viendra consulter avec l’angoissante question de savoir s’il a un cancer, le médecin pourra sereinement lui répondre :

– oui vous en avez certainement plusieurs, mais rassurez-vous, c’est normal…

Références

Bébés thérapeutiques

6 juin 2019

Le terme de « bébé médicament » désigne un enfant conçu in vitro pour sauver un frère ou une sœur porteur d’une maladie génétique. L’embryon sélectionné doit être indemne de la maladie et immuno-compatible avec son aîné afin d’utiliser le sang de cordon ombilical. Cette pratique rarissime est difficile, et nous ignorons l’impact psychologique à long terme sur ces enfants découvrant qu’ils ont été conçus exclusivement pour la survie d’un autre.

Inversement, existe une pratique courante que nous pouvons nommer « bébé thérapeutique », conçu essentiellement pour le bénéfice de ses géniteurs. Nous ne parlons pas de la vertu thérapeutique qu’ont tous les enfants en apportant du bonheur à leurs géniteurs. Classiquement, on désapprouvait les couples en conflit dont un nouvel enfant semblait avoir été conçu comme médiateur. Mais ce sujet n’est pas médical.

Le médecin doit commencer à s’interroger lorsque le bénéfice parental risque de se faire aux dépens des enfants et des adultes qu’ils deviendront. Dans ce cadre, les enfants nés par PMA (FIV ou stimulation ovarienne) sont exposés à plus de risques que les autres.

Le risque de malformations cardiovasculaires, musculo-squelettiques, urogénitales et gastro-intestinales est significativement plus élevé. Le risque de troubles cognitifs et d’infirmité motrice cérébrale est aussi plus élevé. Les troubles visuels sérieux sont plus fréquents. Les enfants ainsi conçus ont un net excédent de maladies orphelines, particulièrement celles qui sont liées à une anomalie de l’empreinte parentale (épigénétique).

Les dépressions du post-partum sont plus importantes après PMA et retentissent évidemment sur l’enfant.

Le recours à la PMA se révèle nocif en lui-même, indépendamment de la méthode utilisée. En effet les personnes y ayant recours ont logiquement des problèmes d’infertilité, le plus souvent liés à l’âge parental. Le risque d’autisme et de schizophrénie augmente considérablement avec l’âge du père.

Il existe également un risque majeur avec les jeunes anorexiques niant leur problème. La stimulation ovarienne réussit très souvent chez ces jeunes femmes (parfois adolescentes ou vierges) et conduit à des grossesses qui aggravent les troubles psychiatriques et créent de sévères pathologies de l’attachement nuisibles à l’enfant.

La liste est plus longue et encore mal connue. En effet, notre pays déconseille de faire des études sur les enfants nés par PMA pour ne pas les stigmatiser. Les médecins n’étant pas bridés par le législateur ont tendance à élargir les indications pour le plaisir des parents et pour la prouesse technique ; hors de toute considération éthique, et inconscients des malformations et handicaps induits.

Se préoccuper du réchauffement climatique, de la biodiversité, de la pollution atmosphérique et chimique, pour les générations futures, est une bonne chose. Encore faut-il concevoir des enfants qui seront psychologiquement, cognitivement et physiologiquement capables d’affronter et de gérer ces périls.

Références

Thérapies divines et divinatoires

1 juin 2019

J’ai récemment assisté à quatre enterrements de personnes âgées, d’une génération où la célébration comporte obligatoirement une messe par respect pour les convictions du défunt. Dans ces 4 cas, le prêtre était un africain issu d’une de nos anciennes colonies. Comme les médecins, les prêtres se font rares, et l’on est obligé de faire appel à de la « main d’œuvre » étrangère.

Pendant que ces officiants parlaient d’espérance, de résurrection et d’agneau de Dieu, je donnais libre cours à quelques divagations. Amicale : les africains mettent un point d’honneur à payer leur dette en nous rapportant la bonne parole que nos missionnaires leur avaient livrée à domicile au XIX° siècle.  Moqueuse : le racisme à totalement disparu de notre pays au point de confier le salut de notre âme à des noirs. Méchante : la misère de ces pays favorise des vocations qui garantissent le gite et le couvert sans trop d’efforts.

Tout aussi récemment, j’ai trouvé dans ma boîte des tracts des professeurs Kolida, Bangaly, Diakarya et Haoussouba. Tous médiums et voyants originaire de la même Afrique que nos prêtres. Leurs propositions thérapeutiques ont attiré mon attention d’indécrottable clinicien.

Kolida traite l’impuissance sexuelle et garantit le retour de la personne aimée. Il propose aussi des séances de désenvoûtement et affirme une réussite totale dans les cas les plus désespérés

Bangaly assure les succès sentimentaux et commerciaux et peut résoudre tous les maux, particulièrement « tout ce qui vous agace dans votre vie ».

Diakarya se présente comme un marabout aux dons similaires, il promet des mariages durables et accepte de faire des visites à domicile, (ce qui devient rare avec la pénurie de médecins).

Enfin Haoussouba affiche ses 25 ans d’expérience et garantit, lui aussi, la réussite sexuelle, sentimentale ou commerciale, mais en 4 jours maximum. Et, plus médicalement, il a des solutions pour grossir, maigrir et soigner le mal de dos.

L’Afrique n’est pas la championne du télé-achat ni des offres thérapeutiques. Nous disposons en Occident de plus de 300 types de psychothérapies, d’une centaine de thérapeutiques dites alternatives, de nombreuses sociétés d’audit, de coaching, d’accompagnement, remplies de conseillers et formateurs aux inspirations toujours renouvelées. Le nombre de soignants risque de dépasser le nombre de soignés, la concurrence est rude.

Nos pillages matériels et nos arrogances culturelles de colons n’ont pas amoindri la force tranquille de l’Afrique. Avec leur bonhomie naturelle, nos amis africains ne seraient-ils pas en train de préparer la plus insidieuse des vengeances ? Nous avons perdu l’expertise de Dieu et des divinations. Ce marché a toujours été le plus profitable dans toutes les civilisations et toutes les époques. Ces nouveaux entrepreneurs africains de la foi et des théismes ont de quoi ébranler le marché grouillant de nos thérapies. La concurrence s’annonce de plus en plus rude…

https://lucperino.com/633/therapies-divines-et-divinatoires.html

Choisir entre la mère et l’enfant

9 mai 2019

Les femmes paient un lourd tribut à l’évolution : la bipédie et le gros volume cérébral ont rendu l’accouchement douloureux et périlleux. La césarienne a mis fin à ces situations dramatiques, surexploitées par Hollywood, où l’on devait choisir entre la vie de la mère et celle de l’enfant. Plus récemment, la péridurale a diminué les souffrances maternelles.

Toutes les alternatives à la péridurale avaient montré d’excellents résultats, mais la généralisation de cette pratique a gommé ces expertises. Ceci nous oblige désormais à aborder la douleur de l’accouchement sous un angle sanitaire comme nous l’avons fait après le fiasco des centres antidouleurs (1) et le drame des addictions aux opiacés (2). Particulièrement dans notre pays surmédicalisé où la péridurale concerne 80% des accouchements (contre 15% aux Pays Bas). Curieusement, l’incitation à la péridurale provient plus souvent du personnel hospitalier que des mères.

Ce sujet est politiquement dangereux, surtout lorsqu’il est abordé par des hommes, suspectés d’indifférence, parfois à tort, car ils ne sont pas totalement exclus des souffrances de leurs compagnes. Dans tous les cas, les médecins mâles ou femelles ont les moyens de comparer les méthodes et d’en évaluer les conséquences. C’est ce qu’ils ont fait…

Le premier impact certain de la péridurale est une diminution de l’allaitement maternel. Les enfants ont une tétée moins vigoureuse et leurs mères diminuent la période d’allaitement au sein. Les causes multiples et partiellement méconnues sont dominées par l’usage systématique d’ocytocine synthétique en cas de péridurale. Cette hormone joue un rôle essentiel dans l’attachement.

Le travail, plus long et moins efficace, entraîne plus d’extractions instrumentales (forceps), voire de césariennes. La péridurale empêche aussi les mères de choisir leur position d’expulsion, donc d’optimiser leur travail.

La mère et l’enfant ont une température plus élevée et un plus grand risque d’infections. Les nourrissons crient davantage. Les nouveau-nés ont des scores de vitalité (apgar) plus bas et sont bien plus souvent admis en réanimation.

Le risque politique du sujet limite les études et leur financement, particulièrement sur les conséquences à plus long terme chez l’enfant. De premiers résultats pointent prudemment des conséquences psycho-affectives telles qu’une plus faible empathie chez les enfants nés sous péridurale.

Les études sur le développement cognitif sont encore plus timides, mais nous savons déjà que toutes les drogues anesthésiques au troisième trimestre de la grossesse et avant trois ans ont un impact négatif.

Certes, les choix que nous faisons aujourd’hui ne sont plus hollywoodiens et n’ont presque plus de conséquences dramatiques à court terme. Néanmoins, nous continuons, d’une certaine façon, à choisir entre la mère et l’enfant. La médecine n’arrivant plus à s’autocontrôler, les mères y parviendront peut-être avec plus de sérénité…

Références

Substituts d’aliments et de cathédrales

20 avril 2019

Un couple d’amis qui nous logeait n’a pas pu nous offrir de lait au petit déjeuner. Ils nous ont proposé en remplacement un liquide blanchâtre garanti sans lactose, sans gluten et sans soja. L’absence de soja m’a surpris, car cet aliment est parfois utilisé comme substitut du lait pour les nourrissons diagnostiqués intolérants au lait. Occasion d’affirmer ici qu’il n’existe aucun nourrisson intolérant au lait, et que les allergies aux protéines du lait de vache sont plus que rarissimes. Mais ces diagnostics de fortune ont donné lieu à de nouvelles filières d’aliments transformés. Les aliments sans gluten et autres « sans » découlent de diagnostics abusifs d’intolérances et allergies alimentaires. Occasion de rappeler ici que 94% des diagnostics d’allergie alimentaire sont des surdiagnostics et que les aliments abusivement exclus peuvent être réintroduits sans problème dans 90% des cas !

J’ai dû subir ce petit déjeuner sans lait, le matin qui a suivi l’incendie de Notre Dame de Paris ; coupant court à toute velléité de discussion médicale ou alimentaire, nous avons partagé l’émotion à l’unisson de nos compatriotes.

Puis quelques jours après le drame, chacun est revenu à ses marottes et ruminations intellectuelles. Donc moi aux miennes…

Nous sommes viscéralement attachés à notre histoire et nous sommes de fieffés conservateurs des joyaux architecturaux qui la jalonnent. Mais pour nos propres viscères, l’attachement est étrangement moins viscéral. Nous avons une fâcheuse tendance à détériorer toutes les filières alimentaires que nos aïeux ont élaborées durant des millénaires. Nous prenons avec notre santé alimentaire des risques insensés que nous n’oserions pas prendre avec nos vieux monuments.

Ces propos de circonstance peuvent être qualifiés d’elliptiques ou de fallacieux, je l’admets volontiers. D’autant plus que l’acception des cathédrales n’est plus aujourd’hui ce qu’elle était hier. Nous y contemplons l’art et l’histoire alors que nos ancêtres y communiaient avec leur Dieu. Nous y dissertons l’évidence anthropologique des religions, alors que nos aïeux y priaient pour leur survie. Pour ceux qui vivent encore la foi avec intensité, une arrière-cuisine est suffisante pour prier.

Comme tous, je souhaite conserver les cathédrales, entretenir les châteaux et réhabiliter les usines pour un certain besoin de permanence. Et bien que ni la biologie, ni la culture ne soient caractérisées par leur permanence, mes connaissances biomédicales me portent à penser que s’il faut évidemment du lait de femme pour nos nourrissons, nos enfants auront toujours davantage besoin de vrai lait provenant de vraies vaches mangeant de la vraie herbe que de charpentes moyenâgeuses.

Références